Entre mes trêves de vie, je sors moi de lui et, rêve à mon antre
Conscient telle l'étrave, qui clive sa vague, j’entrave l'illusion
Vision créée par de péremptoires circonlocutions pithiatiques
Insensible à tous ces émois, j'évite d'être cinglé par ces ressacs
 
Une mer affublée d'âmes bleues, trempées d'équivoques gracieuses
Flottant sans pâtir, sur ces flots indigents, oubliés par les vents
Leurs voiles figées semblent si imperméables aux impaires du cœur
N'auraient-elles donc pas de part dont elles voudraient se libérer
 
Intensément, effaçant toutes traces, cette mer se laisse sillonner
Autant sous que sur elle, c'est sans contredit une étendue d'ombres
Une mer où sombrent encore les ors l'amour et le cruel des lendemains
 
Masse d'eau étourdissante circonvenant lourdement ma vile mansuétude
Entre la fatigue qui me tangue et elle, il y a ma sombre trêve et moi en lui 
Inconscient, telle l'épave aux vagues, je me gave d’une mer de désillusions

#LimbiKJGo

Publié par CitationLimbiK_S

- D’abord Limbiste, l’auteur (O.S.) traduit ses réflexions profondes et sa poésie, tel un ouvrier à la solde de son effervescent système limbique.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :