Mis en avant

E N R A Y E R

 La mitraillette qui tire de la patte
N’est certainement pas un canon
On la soupçonne d’être trop vieille
D’un néant, bien des fées ont fané
 
Les mortes ne fuient plus à sa vue
Lorsqu’elle était vive de jeunesse
Jamais au feu, elle se laissait railler
Là, elle peine à veiller sur sa cible
 
Quand en fusil, elle aimait mitrailler tout
Elle abattait autant l’heure voire des jours
Pendant des semaines elle pouvait s’en tirer
 
Elle n’abandonnait aucune proie
Elle savait viser juste, surtout pile
Elle vivait sans craindre le néant
 
Démunie de ses munitions, elle craint
Affalé parmi ses nombreuses douilles
Elle reste muette sur son dernier cran

#LimbiKJGo – Jérôme Go-dreault

Mis en avant

POUR DÉBUTER

L’ART (Faire)

À moi, selon moi, selon l’art. Mon art .

Art (faire) Souvent il est dit : « cet artiste a le souci des détails » . Souci étant un synonyme de tourment.

Alors, faire l’art, c’est : avoir un besoin intense d’extérioriser des tourments intérieurs (heureux ou malheureux).

Lorsque les tourments sont transposés soucieusement sur un support quelconque, cet assemblage de détails structurés a la capacité de libérer l’artiste.

S’il y parvient, il donnera une expression voluptueuse aux tourments avec la création d’une œuvre, ainsi l’artiste pourra estimer avoir bien rendu les sentiments détaillés de ses soucis intrinsèques au moyen d’une création artistique originale.

Laissant, par cet acte, la liberté à quiconque d’interpréter et de qualifier une œuvre. Bien entendu, l’interprétation faite et les ressentis, seront assujettis au vécu et aux connaissances générales de l’observateur.  

La poésie c’est : des sentiments bruts, habituellement emprisonnés et codés, docilement, dans un vers, quelques fois avec une bière, brune, blonde, rousse ou noire, mais cachant toujours une multitude de désirs.

#LimbiKJGo





____________

Complément ;

Le poète ressent une émotion, qui, parce qu’il est poète, revêt un caractère original et complexe, mariant et comme brassant en elle des éléments d’ordre affectif, d’ordre intellectuel et d’ordre esthétique. Un instinct, propre au poète, que le vulgaire ne partage pas, le pousse sous une forme ostensible et concrète, qui la rende, du dehors, sensible et accessible à tous.

Son émotion ne se borne pas à s’exprimer spontanément, de façon éphémère, par des paroles, des cris, des regards, des soupirs ou des gestes, comme le commun des émotions humaines; mais, sous l’action d’un véritable besoin, d’une sorte de passion supérieure et quasi désintéressée elle cherche à prendre, pour s’exprimer et se communiquer, une forme belle et durable qui suscite la sympathie et contrains à l’admiration.

Le poète est, en somme, un individu de complexion exceptionnelle dont la personnalité ne s’affirme totalement que lorsqu’il est parvenu à extérioriser ses émotions, ou du moins certaines d’entre elles, l’intelligence et le sens esthétique des autres humains, et finalement à lui survivre.

[René Waltz, La création poétique, Flammarion 1953, p.28)]

ON MONTE LA DESCENTE

 Se meurt, ils se meurent, l’un se meurt qu’ils meurent
Encore s’il ne faisait que ça, qu’éternellement mourir
Plaisirs, nous aurions tous à être de son ascèse finale
Mais! Il est mort, déjà mort.
Un mort pour une mort ayant mourut
 
Telle une opérette, l’agonie d’une Diva Scotto sans remords
Qui, sans jamais, jamais finir de mourir d’une mort fine
Trépassent tout-un-chacun dans les plus atroces amours
Et mieux horribles, que sa risible dernière devenue banale
 
Diva, mille fois revenue, à la survie se mourant
Et ici, chez-vous, en nous, là. Cet autour de nous
Autant chez-eux, étant tous, aussi de chez nous
Monde. Un monde où nos mondes sont les leurs
 
Ce monde. Et de celui de l’invisible… Tel que nous. Sans lui
À tous, à soi, à elle sachant celui-ci n’être qu’un un, se mourant
Qu’un un nu. L’un des uns qui meurent, les cent et les mille
Nos milliards d’un milliard, tous ne nous sommerons qu’à un
Le un se meurt, cet un qu’est nous
Car le monde n’est qu’un

#LimbiKJGo

I N C O N F O R T

 Se conformer
À quoi
Pour qui
Comment
Conformisme
---Attitude passive de celui ou de celle qui règle ses idées, son comportement, sur ceux des personnes de son milieu---
Formel
Fondamentalement
Conforme
À laquelle
Conformité
Conformités
Dilemme
Fomentées
Conforme à
Celle qui ne l’est pas
De quelles conformités
Parlerions-nous
Fromentées
Celle en général
De celles normalisées
Celles non-conformées comme telles
Orangées
Telle que l’une ou l’autre parmi les vraies
Formées de paradoxes confirmés faux
En rangées
Se conformer sans con ni seins formés
Qu’être conforme à l’Être intérieur
Confortées
À soi, notre esprit, notre âme, nous
La réelle conformité
L’unique
Celle envers l’univers
Lui-même n’en ayant aucune
Tout de lui n’est qu’aléatoire
Un informel espace sans certitude
Des chaos formellement conformes
Conforts tels qu’ils puissent être
Couleur sans dite forme distincte

#LimbiKJGo

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer