E N R A Y E R

 La mitraillette qui tire de la patte
N’est certainement pas un canon
On la soupçonne d’être trop vieille
D’un néant, bien des fées ont fané
 
Les mortes ne fuient plus à sa vue
Lorsqu’elle était vive de jeunesse
Jamais au feu, elle se laissait railler
Là, elle peine à veiller sur sa cible
 
Quand en fusil, elle aimait mitrailler tout
Elle abattait autant l’heure voire des jours
Pendant des semaines elle pouvait s’en tirer
 
Elle n’abandonnait aucune proie
Elle savait viser juste, surtout pile
Elle vivait sans craindre le néant
 
Démunie de ses munitions, elle craint
Affalé parmi ses nombreuses douilles
Elle reste muette sur son dernier cran

#LimbiKJGo – Jérôme Go-dreault

ON MONTE LA DESCENTE

 Se meurt, ils se meurent, l’un se meurt qu’ils meurent
Encore s’il ne faisait que ça, qu’éternellement mourir
Plaisirs, nous aurions tous à être de son ascèse finale
Mais! Il est mort, déjà mort.
Un mort pour une mort ayant mourut
 
Telle une opérette, l’agonie d’une Diva Scotto sans remords
Qui, sans jamais, jamais finir de mourir d’une mort fine
Trépassent tout-un-chacun dans les plus atroces amours
Et mieux horribles, que sa risible dernière devenue banale
 
Diva, mille fois revenue, à la survie se mourant
Et ici, chez-vous, en nous, là. Cet autour de nous
Autant chez-eux, étant tous, aussi de chez nous
Monde. Un monde où nos mondes sont les leurs
 
Ce monde. Et de celui de l’invisible… Tel que nous. Sans lui
À tous, à soi, à elle sachant celui-ci n’être qu’un un, se mourant
Qu’un un nu. L’un des uns qui meurent, les cent et les mille
Nos milliards d’un milliard, tous ne nous sommerons qu’à un
Le un se meurt, cet un qu’est nous
Car le monde n’est qu’un

#LimbiKJGo

CASIER

 Pour les maux de nos cas aux ordonnées nulles  
Spiralant sans cesse dans un abysse d’ordinaires  
Dolemment vêtus, qu’une trace nue démise de vie  
Un rêve étalé sur l’abscisse, cru vraie, des cas faux  
 
Cas aux devoirs d’ordres oubliés  
Obligés d’eux-mêmes se recréer  
Cas aux incessants maux sacrifiés  
Des sacrées causalités sans lumière  
 
Épuration encastrée dans le dédale d’une vie  
Une caustique tâche faisant sourdre l’impur  
Un capharnaüm de cas aux ombres lessivées  
 
D’aucun chaos franc n’est sans pouvoir pur  
Chaos circonspect à l’ordre de l’imaginaire  
Chaos de cas aux désordres si mal ordonnés

#LimbiKJGo

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer